Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 03:08

 

smoking-no-smoking.jpegImagine une seconde que tu aies décidé d'arrêter de fumer. Quand je dis une seconde, c'est bien sûr une figure de style, parce que je sais bien que dans ce laps de temps, tu ne peux pas imaginer grand chose, non que je doute de tes capacités mentales, mais cela me semble bien trop court.

Imaginons donc un instant que tu veuilles en finir avec la cigarette. Deux options se présentent à toi, la méthode "même-pas-peur", moi, j'arrête quand je veux et du jour au lendemain, s'il vous plait, ou la manière douce, avec nicorette et patch, le tout suivi par un tabacologue agréé.

Le premier qui me répond qu'il ne fume pas n'a qu'à remplacer "clope" par "poKKer" et on verra s'il fait encore le malin.

En tout cas, la période estivale étant propice à ce genre de bonnes résolutions, je me suis dis que c'était le bon moment pour un petit sevrage, je ne parle pas de nicotine puisque je ne fume pas, faut suivre un peu, mais bien sûr de poKKer.

Conscient que mon stacKK-addiction est plutôt du genre chip leader, je sais qu’il me faudra user de la façon la plus progressive possible et mes trois semaines de vacances au Portugal devraient me faciliter la tâche.

Cependant je prévois tout de même le KKit de survie en terme de substitut nicotinique pour un arrêt en douceur, juste le strict minimum, iPhone, iPad et ordinateur portable, soit de quoi garder le contact.

Tout d’abord m’occuper l’esprit, pas difficile, ce ne sont pas moins de 1250 KKm de voiture qui m’attendent avant de pouvoir profiter du soleil et du grand air de ma campagne natale.

2h de route pour sortir de la région parisienne et c’est déjà la 1ère pause dans une station service. Un petit logo "Free WiFi" sur la porte et voilà le vieux réflexe de toxico qui me prend, je fouille mes poches non pas à la recherche d’un paquet de gauloise, mais de mon iPhone, à peine allumé et c’est le logo de l’appli "spéciale Manque" facilement reconnaissable à son M retourné (W) qui me saute aux yeux.

C’est pas gagné.

Deuxième pause et la machine à café a la bonne idée de me rendre la monnaie sur mes 2€ en pièces de dix centimes et me voilà accoudé à la table en sirotant mon breuvage court-sucré, tout en faisant deux piles de pièces et les rassemblant d’un geste ascendant de la main gauche. Il me faudra plusieurs allers et venues pour que je me rende compte de l’obscénité de mon geste.

Note pour plus tard : éloigner le plus possible de mes doigts tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à des jetons.

Au péage suivant, le guichetier me lance UTG : 15,50€.

Je lui réponds "Call"…

Je lis dans son regard de l’incrédulité.

A-t-il vu qu’il ne pourrait pas me bluffer sur ce coup ou s’est-il tout simplement dit que je devais avoir une meilleure main que lui ?

Toujours est-il qu’il n’a pas tenté d’arrachage et m’a laisser voir le board pour pas un centime de plus en ouvrant la barrière sans broncher.

Enfin le diner's breaKK et on passe la nuit dans un hôtel du côté de Bordeaux, à 2 pas du casino Barrière. Même pas tenté, de toute façon ils n’ont que des tables 5€/5€ bien trop chères pour ma banKKroll, je sais, j'ai vérifié sur internet.

Je ne réussis pas à fermer l'œil de la nuit, j'ai eu beau compter et recompter mes jetons, les moutons, et tout ce qui peut s’additionner, le sommeil n'a pas payé ma relance au bouton, j'ai pris les blinds.

Au petit matin c'est reparti pour l'ascension des Pyrénées. La conduite devient plus sportive et demande plus d'attention, mais le jeu "small ball" en short handed, n'est pas pour me déplaire.

Puis c'est la traversée de l'Espagne et ses paysages monotones, ses autoroutes rectilignes, pas un chat sur les voies en cette mi-juillet, même pas une figure ou un as mal accompagné pour tenter un move, un vrai désert de carte.

Même mon GPS s'est fait bluffer une paire de fois par des tronçons d’autoroute non répertoriés.

Bref, les rounds de 2 heures se succèdent, entrecoupés de pauses-pipis, pauses-cafés, pauses-chip races, mais je parviens tant bien que mal à me maintenir dans la moyenne, de toute façon ce voyage c'est du deepstack et la limitation de vitesse en Espagne c'est 120km/h donc rien ne presse.

Enfin la frontière portugaise, signe de fin de Day 2. Plus qu’une heure à tenir, mais ne nous réjouissons pas trop vite, je ne suis pas à l'abri d'un bad beat avant l'Instant Tant Mérité (ITM) : le début des vacances.

En tout cas, je suis plutôt content de mon jeu, je n'ai pas pensé au poKKer de tout le voyage, "easy poker, quand tout rentre" comme on dit.

Bien résolu à faire des efforts, je ne m’autoriserai un tour de la blogosphère qu’après le petit déj, faut pas déconner.

Même si "la fracture numérique" fût finalement plutôt bénéfique pour mon petit village perché à 800m d’altitude au milieu de nulle part, puisque "la junta da freguesia" (une sorte de conseil municipal) a fait en sorte qu’il soit connecté en installant le WiFi gratuit pour tous ses administrés, ma maison, elle, se trouve à l’extrême ouest du village et le seul point de réception du signal est à l’angle est de mon balcon.

Premier good beat, je parviens finalement à capter un semblant de réseau depuis le salon du 1er étage, celui donnant justement sur le balcon et la "1ère cigarette du matin" prend soudain une saveur particulière.

Petit retour de bâton tout de même, il m’est impossible de commenter, malgré un nombre indécent de tentatives infructueuses et me voilà encore plus frustré que si je n’avais pas pu surfer.

Les premiers jours passent et je commence à trouver mon rythme, je ne vais plus que 2 fois par jour lire les exploits des mes congénères, ce qui peut sembler encore beaucoup, mais je t’assure que j’ai réduit de façon drastique ma dose quotidienne. J’ai même fini par trouver une petite ruse pour laisser des commentaires même si c’est au petit bonheur la chance, en fonction du bon vouloir du signal.

Et c’est justement quand on pense que c’est gagné que la rechute arrive.

Je me surprends un soir à lancer le M Maudit inversé sur le portable, le temps que je m’en rende compte et ce sont déjà 2 tables de NL 10 qui sont ouvertes, pas de jeu et je suis déjà en semi-tilt. Lorsque je touche enfin des cartes, c’est la connexion pourrie qui commence à faire des siennes et je suis dans un pot à presque 2 caves sur chaque table quand un petit message pervers m’annonce que je suis déconnecté. La moutarde me monte au nez. Je sors en trombes sur le balcon, l’ordo sous le coude à la recherche désespérément non pas de Suzanne mais de l’autre put**** de ********* de liaison internet.

Comme tu l’as déjà certainement deviné, lorsque le contact est rétabli, je me suis fait min-raise à la turn et j’ai donc été auto-fold…

Me voilà presque à poil sur chacune des tables et après avoir recavé j’ouvre 2 tables de plus.

Bouffé par les moustiques et presque chauve de m’être arraché les cheveux à chaque fois que je me retrouvais sit out malgré moi, je finis par éteindre le bouzin, pas fière de moi, j’ai d’ailleurs préféré ne pas faire le bilan des dégâts et me coucher aussitôt.

C’est moche j’avoue et j’ai honte, alors que le plus dur était fait, comment ai-je pu replonger aussi profond ?

C’est décidé, aux grands maux, les grands remèdes, je change d’option, place au régime sans sel, diète totale, je stop tout !

Destination Lisbonne dès le lendemain pour profiter un peu du soleil, de la mer et des petits déjeuners à la "pasteleria de Belém" qui fait les plus succulents "pastéis de nata" du pays.

Finalement, le sevrage à la dure semble porter ses fruits rapidement, je réussis même à dire "non" lorsque mes oncles me proposent une petite partie de carte sur la terrasse de leur brasserie.

A peine un cauchemar de "one outer" en HU d’un gros tournoi, dont je te parlerai sans doute prochainement, mais je me dis qu’en rêve ça ne compte pas.

Retour au village, les vacances touchent à leur fin.

Bonjour, je m’appelle KKof et j’en suis à mon 7ème jour d’abstinence.

Applaudissements.

Bravo KKof.

C’est la dernière soirée, pendant une fraction de seconde, je me demande ce que deviennent mes amis blogueurs, mais je parviens à réprimer l’envie de me connecter, la réponse peut bien attendre 2 jours, puisque je serai bientôt de retour sur Paris.

Le sommeil ne vient pas, comme à chaque fois que je dois reprendre la route pour un long voyage. Les heures s’égrènent, l’esprit cogite, une idée germe et tel un voleur je m’éclipse de la chambre pour aller prendre l’air sur le balcon. Un peu comme le fumeur qui se dit que tirer 3 taffs en cachette sur un vieux mégot récupéré au fond d’un cendrier oublié, ce n’est pas vraiment fumer, j’allume discrètement l’iPad pour un dernier petit plaisir en solitaire.

3h du mat, je suis en caleçon sur le coin de mon balcon, agitant l’objet de toutes mes convoitises à la recherche de la meilleure position, lorsque j’entends derrière moi la voix de ma femme qui me demande ce que je fais là.

Tel un adolescent qui vient juste de se faire surprendre par sa mère en pleine masturbation, dans un premier temps je ne trouve rien à dire. J’aurai pu tenter un "je dois être somnambule" ou quelque chose du genre, mais je ne sais que trop bien que pour bluffer, l’histoire que tu racontes dois-être un temps soit peu crédible. Je lance peu convaincu moi même un bafouillage du genre "je jette juste sur le papier une idée que je ne veux pas oublier."

-Et t’es obligé de faire ça ici… sur le balcon ?

-Euh… En faite je… Je voulais l’envoyer par mail à un copain pour qu’il me dise ce qu’il en pense. Mais j’ai terminé, je reviens me coucher dès que c’est parti.

En regardant ma femme retourner dans la chambre, j’essaye de me convaincre que ce n’était pas vraiment un mensonge, à peine un semi-bluff, je n’étais pas en train de jouer mais seulement en train d’écrire ce billet et mon intention était bien de le partager avec toi, cher lecteur.

Mais au fond de moi je le sais bien, j’ai minablement échoué dans ma tentative de sevrage, je suis un cas désespéré.

Alors comme l’onaniste qui vient de finir sa besogne, c’est tout honteux et avec la sensation paradoxale d’insatisfaction que j’appuie sur le bouton "publier l'article".

 

To be continued…

Partager cet article

Repost 0
Published by KKof - dans Présentation
commenter cet article

commentaires

Rincevent 09/09/2011 13:40



u have been pmtized for this!



KKof 11/09/2011 19:07







Pierre Choisir 10/08/2011 16:35



Un réel plaisir, superbe récit... Une analogie réussie ! 


Prend des vacances plus souvent, ça t'inspire grandement ! 


On a fait un billet sur les dangers du hacking qui vise les joueurs en ligne (http://ow.ly/5ZKO8 ), tu as déjà été victime ? Etant donné l'addict que tu es, j'espere que non... Si c'est déjà
arriver à quelqu'un qu'il fasse un retour svp


a+



anneaux76 09/08/2011 19:20



Et dire que j'ai failli passer à coté de ce superbe post!!! (merci du com chez moi)


Moi pour les vacances j'ai dévoré sept bouquins, mais l'envie était présente tous les jours quand même!!



KKof 09/08/2011 19:24



De rien en tout cas ça m'a pris plus de 2 jours pour rattrapper mon retard en lecture de blog, mais je suis enfin à jour lol



samy575 09/08/2011 18:34



Trop cool ça mérite une future tf dans un gros mtt....(la win)



KKof 09/08/2011 18:44



Puisse-tu dire vrai... Ben pourquoi pas Dublin en septembre tiens 



celtictouch 09/08/2011 02:08



wow, j'ai failli le rater :( Enormissime ! 


 



KKof 09/08/2011 13:57



Et dire que je pensais me prendre un gros rateau avec ce post lol



Recherche

carte_blogs_francophones.jpg

La carte des blogueurs francophones 

Si tu n'es pas encore sur cette carte,

clique ici.

Wikio - Top des blogs - Jeux d’argent

PageRank Actuel

Blogroll